Archives de catégorie : Olivier Faure

Aux marges de la médecine : Santé et souci de soi France XIXe siècle, Aix en Provence, Presses de l’Université de Provence, 2015, 366 p.

Grâce à l’aide de généreux collègues dont Anne Carol qui préface l’ouvrage qu’elle accueille dans la collection qu’elle dirige et de Vincent Barras dont l’Institut a aidé à la publication, l’auteur a pu réunir en volume quelques uns de ses articles.
En cheminant aux côtés des populations, l’auteur a découvert l’importance des « non docteurs », officiers de santé, pharmaciens et sages-femmes dans la prise en charge des soins (1ere partie). Remettant en cause l’idée d’une histoire de l’hôpital tout entière résumée dans sa médicalisation, il s’est intéressé aux petits hôpitaux polyvalents et aux chroniques, incurables et infirmes qui empêchent les établissements hospitaliers d’être de pures « machines à guérir » (2eme et 3eme partie). Le rôle des populations modestes est encore plus net dans le développement d’un thermalisme populaire, l’extension de la vaccination au début du XIXe siècle et la consommation de médicaments. (4eme partie). Enfin si les médecines alternatives prennent place dans ce volume, c’est surtout parce qu’elles émanent au moins autant des militants et patients laïcs que des médecins.
Privilégiant les pratiques et les hommes ainsi qu’une approche from below de l’histoire de la médecine, ce livre revendique une certaine cohérence.

Parution : L’embaumement, une passion romantique France XIXe siècle

Vient de paraître chez Champ Vallon :
Anne Carol, L’embaumement : une passion romantique France, XIXe siècle

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’embaumement des cadavres était réservé à une élite du sang et de la fortune soucieuse d’échapper à la dissolution ordinaire. Aujourd’hui en France, plus de la moitié des corps reçoit des soins de thanatopraxie dispensés par des professionnels afin de retarder la décomposition et d’organiser sereinement les funérailles.
couvertureEntre ces deux régimes de conservation, le XIXe siècle offre une parenthèse singulière. C’est dans sa première moitié que naît et s’affirme l’embaumement romantique : un désir éperdu  de préserver des corps éternellement intacts, revendiqué comme un aspect légitime du culte des morts et inséparable de l’apparition du cimetière moderne et de ses concessions perpétuelles.  L’embaumement connaît alors une vogue aussi extraordinaire que brève et amorce une diffusion dans la bourgeoisie urbaine. Mais cet engouement suscite aussi une concurrence féroce entre médecins et non-médecins qui se disputent le marché dans une guerre à la fois technique, commerciale, socioprofessionnelle et déontologique.
C’est l’histoire de cette passion, de sa naissance, de son épanouissement et de son désenchantement que ce livre entend restituer en la replaçant dans l’histoire plus large des sensibilités collectives face à la mort et au cadavre.

 

La médecine au Moyen Age : parutions récentes (L. Moulinier, M. Nicoud)

L. Moulinier, “Deux ou trois choses que l’on sait d’elle : la faculté de médecine parisienne et ses débuts”, dans Les débuts de l’enseignement universitaire à Paris (1200-1245 environ), éd. Olga Weijers et Jacques Verger, Turnhout, Brepols, 2013, p. 387-398 (coll. Studia Artistarum, 38).
L. Moulinier, M. Nicoud, “Fama ou légende? De la vie de quelques médecins italiens d’après les témoignages médiévaux », dans The Medieval Legends of Philosophers and Scholars, Micrologus, Nature, Sciences and Medieval Societies, XXI (2013), p. 445-470.
L. Moulinier,  « Roi garant ou roi guérisseur ? Philippe le Bel et le corps, d’après le réceptaire mis sous son nom », dans E. Andretta, M. Nicoud dir., Etre médecin de cour (France, Italie, Espagne, XIIIe-XVIIIe siècle), Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2013, p. 131-148.
L. Moulinier,”L’allure du médecin au Moyen Age”, PRIS-MA, Recherches sur la littérature d’imagination au Moyen Age, tome XXVIII, 1 et 2, n° 55-56, janvier-décembre 2012, Allures Médiévales II. Essais sur la marche et la démarche, p. 75-91.
C. Lanoé,L. Moulinier (dir.), Corps parés, corps parfumés, Artefact, n° 1, 2013.

Parution : Médecine et religion : compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles)

Une parution de Marilyn Nicoud :

En collaboration avec L. Berlivet, S. Cabibbo, M.P. Donato et R. Michetti, Médecine et religion : compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles), Rome, Ecole française de Rome, 2013CEF476_jpg_1010866962 5