Laurence Guignard

Laurence Guignard est maîtresse de conférence en histoire contemporaine à l’Université de Lorraine (Nancy)

En délégation CNRS au CERHIO (Centre de Recherches Historiques de l’Ouest)

Laurence.Guignard@univ-lorraine.fr

Sa thèse Juger la folie. La justic pénale et la folie des criminels à l’âge de l’aliénisme (1791–1865),  effectuée sous la direction d’Alain Corbin a été soutenue en 2006 à l’Université Paris I.

Responsabilités actuelles

Coordinatrice pour les SHS et membre fondatrice du conseil de groupement et du conseil scientifique du collège doctoral, interdisciplinaire et inter université, IRéSaP Grand Est (Institut interrégional de Santé Publique)

Membre du comité de rédaction de la Revue d’histoire du XIXe siècle

Membre du conseil d’administration de la Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle

Champs de recherche

Son travail porte sur l’histoire des discours sur le crime, notamment dans ses rapports avec la folie, sur l’histoire  des pratiques pénales et de l’expertise psychiatrique. Elle s’intéresse également à l’histoire de la psychologie et à l’essor d’un sujet psychique au XIXe siècle.

Publications liées à l’histoire de la médecine

Ouvrages

Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au XIXe siècle, PUF, coll. « Droit et Justice », 2010, 295 p.

Direction d’ouvrages

avec Pascal Raggi et Etienne Thévenin, Corps et machines à l’âge industriel (XIXe-XXe siècle), PUR, juin 2011, 321 p.

avec Hervé Guillemain et Stéphane Tison, Institutions de la folie. Expériences psychiatriques, judiciaires, hospitalières et militaires XIXe-XXe siècle, PUR, janvier 2013.

Articles

– « Contraindre à la vie : microphysique du pouvoir et prévention du suicide dans les prisons de la République », Les Annales de l’Est, printemps 2014.

– « “Errant parmi les bois, abandonné à mon désespoir, cherchant toutes les occasions de quitter la vie, je suis descendu, poussé par le malin esprit, dans les bois avoisinant la vigne…”  Antoine Léger, assassin, violeur et anthropophage (1824) », L’Histoire, juin 2013.

– « Sexe juridique : femmes et hommes face à la responsabilité pénale au XIXe siècle », André Rauch et Myriam Tsikounas (dir.), La justice et les représentations du crime, Paris, Presses Universitaires de la Sorbonne, 2013, p. 123-139.

– « Le corps criminel au XIXe siècle : entre trouble des facultés de l’âme et dégénérescence », Les cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 2012, n° 118, p. 61-73..

– « Topographie parisienne de la peine capitale », Annales de l’Est, numéro spécial Histoire urbaine, 2012, p. 39-49.

– « Sonder l’âme des criminels : expertise mentale et justice subjective au tournant des années 1860 », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, numéro spécial consacré à l’expertise judiciaire, juin 2010, p. 99-117.

– « Les lectures de l’intériorité devant la justice pénale au xixe siècle », Romantisme. Revue du XIXe siècle, numéro spécial consacré à l’aliénation mentale, décembre 2008, p. 23-37.

– « Folie ou passion ? Étude sur une enquête criminelle : Jules Rousse (acquittement d’un monomane, 1855) », Revue d’Histoire du XIXe siècle, juillet 2008, p. 37-57.

– « Aliénation mentale, irresponsabilité pénale et dangerosité sociale face à la justice du XIXe siècle. Étude d’un cas de fureur (Théodore Durand) », Crime, Histoire, Société, 2006, vol. 10, n° 2, p. 83-100.

– « L’expertise médico-légale de la folie dans la première moitié du XIXe siècle », Le Mouvement Social, Paris, octobre–décembre 2001, p. 57-81.

– « Discerner la folie des criminels au XIXe siècle. Le recours à l’expert », Hypothèses, Revue de l’École doctorale d’Histoire, n°3, Publications de la Sorbonne, Paris, 2000, p. 96-102.

Actes de colloque

– « Enfermement et suicide sous la IIIe République : le paradigme de la discipline », HEULLANT-DONAT Isabelle, CLAUSTRE Julie, LUSSET Elisabeth (dir.), Enfermements. Règles et dérèglements, Paris, Publications de la Sorbonne, à paraître en 2014.

– « Les “hommes dangereux” aux Assises avant la Défense sociale », Laurence Guignard, Hervé Guillemain et Stéphane Tison, Institutions de la folie. Expériences psychiatriques, judiciaires, hospitalières et militaires XIXe-XXe siècle, PUR,  2013.

– « La pratique des discours de vérité : droit et psychiatrie au XIXe siècle », Damien Boquet, Pauline Labey, Blaise Dufal (dir.), Une histoire au présent : les historiens et Michel Foucault, CNRS édition, 2013, p. 183-202.

– « L’irresponsabilité pénale féminine et la figure de la femme folle », Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain, Impossibles victimes, impossibles coupables : les femmes devant la justice pénale, Rennes, PUR, 2009, p. 109-120.

– « Un requisit de rationalité : responsabilité pénale et aliénation mentale au xix siècle », Marco Cicchini et Michel Porret, (dir.), Les sphères du pénal avec Michel Foucault, Antipodes, Lausanne, 2007, p. 155-167.

– « Enquêter sur la santé mentale des criminels : les usages de l’expertise. 1791 – 1865 », Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa, Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Créaphis, Paris, 2007, p. 283-295.

– « Prouver la folie aux Assises dans la première moitié du XIXe siècle », Antoine Léca (dir.), La détérioration mentale : Droit, Histoire, Médecine et Pharmacie : Actes du Colloque interdisciplinaire d’Aix-en-Provence, 7–8 juin 2000, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2002, p. 121-135.

– « Les supplices publics à Paris au xixe siècle : l’abstraction du corps », Michel Porret (dir.), Le corps violenté, du geste à la parole, Droz, Genève, 1998, p.157-184.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *