Article mis en avant

RHUM, mode d’emploi

Ce carnet entend servir d’instrument à des historiens universitaires de la médecine (de l’Antiquité à l’époque contemporaine).
Il s’appuie sur un réseau, le RHUM, fondé en juin 2011 par A. Carol et financé par l’Institut Universitaire de France. Le réseau compte actuellement 22 membres et a tenu déjà 8 sessions de travail, portant sur des thèmes variés de l’histoire de la médecine : le geste en médecine, la médicalisation, etc.
Le carnet présente les membres du RHUM et leurs publications, le programme des rencontres passées et à venir, et sert de relais pour annoncer des événements liés à la recherche en histoire de la médecine.

Actuellement, le RHUM est engagé dans un projet de Dictionnaire topographique et historique du corps et dans un travail diachronique autour des relations médecins /patients.

Nouvelle publication : Materia medica

Materia medica. Savoirs et usages des médicaments aux époques médiévales et modernes

Édité par Philip RIEDER & François ZANETTI

Collection Rayon Histoire de la Librairie Droz, 7

ISSN 2235-1353 Numéro 90

Remède qui « se prend par la bouche, ou qui s’applique par dehors pour la guérison », le médicament occupe une place essentielle dans les soins du corps et de l’esprit avant la biomédecine. Alternativement soutien face aux difficultés quotidiennes et source d’espoir en cas de malaise inquiétant, entre le XIe et la fin du XVIIIe siècle, il est produit et consommé dans des espaces privés et publics, réinvesti sans cesse par des malades comme des soignants. Placé dans cet ouvrage au centre de l’investigation historique, le médicament révèle des appropriations culturelles et des réalités sociales complexes. Ce livre propose une série d’études qui interrogent à la fois les sources d’autorité et les modalités de justification qui permettent de redéfinir sans cesse ce qu’est un médicament reconnu dans une communauté, de retrouver la rationalité de produits apparemment fantastiques, d’interroger les liens entre culture savante et culture orale, de reconsidérer la réception faite à des nouveautés et de reconstituer les lieux de son élaboration, son économie, son appropriation en fonction du genre et sa place centrale dans l’histoire des métiers de la santé.

Sommaire

Médicaments composés entre contraintes des corps et spécificités des remèdes : attitudes de Rhazès, Avicenne et Averroès – Mehrnaz Katouzian-Safadi et Younes Karamati

Le médicament au coeur de la relation médecin/patient chez Gilles de Corbeil – Mireille Ausécache

Les remèdes pour animaux dans l’Occident médiéval (XIIe-XVe siècles) – Mickaël Wilmart

De l’apothicaire à la maison : la distribution des médicaments au bas Moyen Âge à partir du cas de la maison nobiliaire des de Tous (Valence, 1446) – Carmel Ferragud et Carles Vela Aulesa

La pharmacie du mélancolique : à propos de quelques médicaments mélanagogues en usage à la fin de la Renaissance – Radu Suciu

L’introduction du quinquina dans la médecine européenne : un choc culturel au XVIIe siècle – Olivier Lafont

Les querelles autour des remèdes chimiques et exotiques dans la littérature du xviie siècle : enjeux philosophiques et professionnels – Cécile Floury-Buchalin

Formules domestiques : pratiques genrées de la compilation de recettes médicinales (fin XVIIe siècle – début XIXe siècle) – Nahema Hanafi

Le marché des remèdes antivénériens et les docteurs régents de la Faculté de médecine de Paris au xviiie siècle – Isabelle Coquillard

Innovation thérapeutique et autorité médicale : l’électricité au XVIIIe siècle – François Zanetti

La figure de l’apothicaire (1500-1800) : Artisan, entrepreneur et soignant – Philip Rieder

Publication : Le sang en Espagne. Trésor de vie, vecteur de l’être

Parution aux Presses Universitaires de Provence de l’ouvrage de Christine Orobitg, en partie tiré de son HDR, Le sang en Espagne. Trésor de vie, vecteur de l’être XVe-XVIIIe siècles, PUP, Collection Corps et âmes, 2018, 417 p. https://presses-universitaires.univ-amu.fr/sang-espagne

Résumé: 

Le sang fascine. Encore aujourd’hui, il renferme une charge d’émotion et de mystère, qui trouve ses racines dans les anciens systèmes de représentation, de la fin du Moyen Age au XVIIIe siècle. L’ancienne médecine inscrit le sang dans le système des quatre humeurs et en fait un véritable «trésor de vie». Elle l’associe aux «esprits» -qui constituent l’interface entre l’âme et le corps-, au cœur, aux émotions. Le sang est également relié aux questions de genre et d’identité sexuelle. Le sang féminin ne vaut pas le sang masculin. Le sang menstruel, objet d’une véritable mythologie, est associé la souillure, au déchet et au poison. Mais le sang est aussi à la base d’un aliment aussi essentiel que symbolique, le lait, évoqué dans les discours dédiés à l’allaitement et au choix des nourrices. Le sang ne relève pas uniquement du domaine sanitaire : sa représentation convoque des notions-clés comme l’articulation entre le corps et l’âme, la définition et la transmission de l’identité. Il intervient dans la construction d’un véritable « déterminisme hématologique » -dans lequel les caractéristiques physiques et morales se transmettent par le sang-, dans des pratiques d’exclusion, mais aussi dans des discours de tolérance et de la solidarité. Cette rapide évocation des perceptions et des enjeux du sang révèle la densité et la complexité des représentations qui y sont associées. C’est cet héritage ancien, mais jamais oublié, que cet ouvrage se propose d’explorer.

ISBN: 
9791032001660

 

Parution: « Médecine et médecins dans l’économie des savoirs », Histoire, Médecine et Santé, n. 11 (été 2017)

Auteur : Elisa ANDRETTA, Rafael MANDRESSI (coord.)
N° ISBN : 978-2-8107-0527-6
PRIX : 20.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 172 p.

Dans l’histoire des savoirs aux XVIe-XVIIe siècles, il n’est nullement besoin de chercher les médecins : ils sont partout, engagés dans des domaines variés de la culture lettrée, érudite et savante, de la philologie à l’histoire naturelle, de l’art oratoire aux mathématiques, ou encore de la cosmographie à la théologie. Comment saisir et interpréter cette omniprésence dans l’univers culturel de la première modernité en Europe occidentale ? Ce dossier propose de réévaluer le fonctionnement du champ médical aux XVIe et XVIIe siècles, en faisant de celui-ci un lieu d’interrogations sur l’économie des savoirs en Europe. En s’éloignant des cadres historiographiques traditionnels, organisés autour des notions de « révolution scientifique » ou de « nouvelle science », et en s’appuyant à la fois sur les idées, les outils de pensée et les formes textuelles qui rendent compte des contiguïtés perméables entre la médecine et d’autres savoirs, il s’agira de montrer et de comprendre les rôles et les identités intellectuelles composites des médecins, leurs parcours, leurs insertions dans des milieux variés, leur participation parfois massive à la structuration de communautés savantes, et finalement leurs interventions multiples dans la vie sociale et politique du temps.

http://pum.univ-tlse2.fr/~no-11-Economie-des-savoirs~.html#

Parution : L’Electricité médicale dans la France des Lumières, par François Zanetti

François Zanetti s’intéresse ici à une pratique médicale peu explorée par les historiens: l’utilisation de l’électricité. Analysant de nombreux témoignages de médecins et de patients, François Zanetti montre comment l’électricité acquiert peu à peu sa légitimité, pour aboutir aux trois procédés devenus canoniques à la fin des années 1770 – le bain électrique, l’électrisation par étincelles et la commotion. Il souligne que l’électricité médicale, qui marque l’entrée des machines dans l’espace thérapeutique, réconcilie les philosophies naturelle et morale. Au temps de la sensibilité et des philanthropes, elle devient un traitement réservé aux pauvres. Elle témoigne aussi de l’autonomie des patients dans l’interprétation de leurs maux et dans la construction de leur itinéraire thérapeutique, entre médecine officielle et praticiens irréguliers.
Préface, Monique Cottret
Introduction
1. Echecs fondateurs
2. Le corps sous influence
3. La Société royale de médecine et la médicalisation de l’électricité
4. Fabriquer un nouveau médicament
5. Lutter contre la dégénérescence
6. Les coulisses de la philanthropie
7. L’expérience du traitement
8. Au fil des récits
9. Grandeur et décadence d’un charlatan électrique
10. Evocations révolutionnaires
Conclusion
Bibliographie
Index
ISBN 978-0-7294-1197-4, 284 pages, 6 ills
blog: Un voyage fantastique dans les archives de la Société Royale de Médecine

Parution : Aux marges de la médecine. Santé et souci de soi, France XIXe siècle par Olivier Faure

Vient de paraître aux PUP, collection Corps et âmes :
Olivier FAURE
Aux marges de la médecine. 
Santé et souci de soi
France XIXe siècleaux_marges_de_la_medecine

Parmi les nombreux écrits consacrés depuis près de quarante ans à l’étude des relations entre les populations, la santé, la médecine et les médecins dans la France du XIXe siècle, on a choisi ici délibérément de ne retenir qu’une partie de ceux qui traitent des marges du système sanitaire.

On y trouvera donc peu de choses sur les médecins, sauf s’ils sont hétérodoxes, ni sur l’accès aux soins médicaux, mais d’abord des articles consacrés aux sages-femmes, aux religieuses soignantes, aux officiers de santé et aux pharmaciens. D’autres traitent des comportements sanitaires populaires peu conformes aux injonctions médicales, comme l’usage du médicament ou celui des eaux minérales. Quelques uns présentent la face cachée de l’histoire hospitalière avec ses petits établissements et ses pensionnaires plus pauvres que malades. Une dernière série souligne le rôle des patients dans les médecines marginales comme l’homéopathie et quelques autres.

Au-delà de la diversité des thèmes abordés, ce recueil ne se contente pas de réévaluer le rôle de certains acteurs méconnus mais il tente de démontrer que nos actuelles attitudes face à la maladie et à la santé, ne sont pas seulement le fruit d’une médicalisation imposée du haut mais aussi le reflet des aspirations populaires. Enfin, il laisse entrevoir ce qu’aurait pu être un système de santé dans lequel les patients et les professions intermédiaires auraient eu toute leur place aux côtés des médecins.

Parution : L’embaumement, une passion romantique France XIXe siècle

Vient de paraître chez Champ Vallon :
Anne Carol, L’embaumement : une passion romantique France, XIXe siècle

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’embaumement des cadavres était réservé à une élite du sang et de la fortune soucieuse d’échapper à la dissolution ordinaire. Aujourd’hui en France, plus de la moitié des corps reçoit des soins de thanatopraxie dispensés par des professionnels afin de retarder la décomposition et d’organiser sereinement les funérailles.
couvertureEntre ces deux régimes de conservation, le XIXe siècle offre une parenthèse singulière. C’est dans sa première moitié que naît et s’affirme l’embaumement romantique : un désir éperdu  de préserver des corps éternellement intacts, revendiqué comme un aspect légitime du culte des morts et inséparable de l’apparition du cimetière moderne et de ses concessions perpétuelles.  L’embaumement connaît alors une vogue aussi extraordinaire que brève et amorce une diffusion dans la bourgeoisie urbaine. Mais cet engouement suscite aussi une concurrence féroce entre médecins et non-médecins qui se disputent le marché dans une guerre à la fois technique, commerciale, socioprofessionnelle et déontologique.
C’est l’histoire de cette passion, de sa naissance, de son épanouissement et de son désenchantement que ce livre entend restituer en la replaçant dans l’histoire plus large des sensibilités collectives face à la mort et au cadavre.

 

Parution : Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie, par Olivier Faure

Olivier Faure vient de publier aux éditions Aubier  Flammarion :

Et Samuel Hahnemann inventa l’homéopathie. La longue histoire d’une médecine alternative.

image

 Malgré son titre, ce livre n’est pas d’abord la biographie de Samuel Hahnemann (1755-1843), prophète romantique parmi d’autres, ni l’histoire technique d’une thérapeutique mais bien l’analyse d’un mouvement social et culturel qui a su s’adapter aux changements des sociétés dans lesquels il s’est implanté. Née au cœur de la médecine des Lumières, l’homéopathie veut être la médecine d’une nouvelle société dont rêvent les saint-simoniens. Emportée par leur échec, elle se replie dans des dérives sectaires à forte connotations religieuses avant de revenir en grâce dès les années 1920 : la critique des dérives « techniciennes « de la médecine pastorienne la réintègre dans le monde médical ; la fabrication industrielle de ses médicaments contribue à généraliser leur usage ; la montée des contestations de la société industrielle  et urbaine, au sein de cette dernière accroît le nombre de ses adeptes et de ses militants bien avant l’explosion des années récentes.

JE : « De la santé à l’environnement, savoirs urbains en perspective (XVIIIe-XXIe siècles) », Lyon, 6 mars 2015

Journée orgnanisée par Stéphane FRIOUX (université Lyon 2, LARHRA) à l’ISH, Lyon,  salle Elise Rivet

 

9h30-12h30 : Médecins et professions de santé en ville et face à la ville au XVIIIe siècle

Présidence de séance : Natacha Coquery (université Lyon 2, LARHRA, IUF)

François Zanetti (université Paris Ouest-Nanterre, CHiSCO), « Construction urbaine des savoirs médicaux: expérimentation et parcours thérapeutiques »

Emilie-Anne Pépy (université de Savoie, LLS), « Esculape au jardin. Le jardin botanique urbain au XVIIIe s., lieu de savoir et de formation des professions de santé »

Clarisse Coulomb (université Pierre-Mendès-France, LARHRA), « Les médecins et l’écriture de l’histoire des villes, XVIIe-XVIIIe siècles »

 

14h-17h : Faire face aux fléaux et aux risques chroniques

Présidence de séance : Olivier Faure (université Lyon 3, LARHRA)

Patrick Fournier (université Blaise Pascal, CHEC), « Réseaux de savoir(s) et de pouvoir(s) en France à l’occasion de la peste de Marseille (1720-1723) ».

Stéphane Frioux (université Lyon 2, LARHRA), « Une histoire qui ne manque pas d’air. Mesurer et prévenir la pollution atmosphérique en France (années 1900-années 1970) ».

Florence Pradier (Service Santé/Environnement ville de Lyon), Le point de vue de l’acteur de terrain.

Site de la journée

Séminaire EHESS CAK Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps 2014-2015

Le séminaire d’Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps (Centre Alexandre Koyré, EHESS), animé par Rafael Mandressi et Anne Carol débutera le 25 novembre 2014.

Il aura lieu tous les 2e et 4e mardis de chaque mois.

Voir le programme : séminaire Histoire de la médecine Centre Koyré 14-15

La médecine au Moyen Age : parutions récentes (L. Moulinier, M. Nicoud)

L. Moulinier, “Deux ou trois choses que l’on sait d’elle : la faculté de médecine parisienne et ses débuts”, dans Les débuts de l’enseignement universitaire à Paris (1200-1245 environ), éd. Olga Weijers et Jacques Verger, Turnhout, Brepols, 2013, p. 387-398 (coll. Studia Artistarum, 38).
L. Moulinier, M. Nicoud, “Fama ou légende? De la vie de quelques médecins italiens d’après les témoignages médiévaux », dans The Medieval Legends of Philosophers and Scholars, Micrologus, Nature, Sciences and Medieval Societies, XXI (2013), p. 445-470.
L. Moulinier,  « Roi garant ou roi guérisseur ? Philippe le Bel et le corps, d’après le réceptaire mis sous son nom », dans E. Andretta, M. Nicoud dir., Etre médecin de cour (France, Italie, Espagne, XIIIe-XVIIIe siècle), Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2013, p. 131-148.
L. Moulinier,”L’allure du médecin au Moyen Age”, PRIS-MA, Recherches sur la littérature d’imagination au Moyen Age, tome XXVIII, 1 et 2, n° 55-56, janvier-décembre 2012, Allures Médiévales II. Essais sur la marche et la démarche, p. 75-91.
C. Lanoé,L. Moulinier (dir.), Corps parés, corps parfumés, Artefact, n° 1, 2013.

7e rencontres du RHUM : Montpellier, 13 septembre 2014

Les 7èmes rencontres du RHUM auront lieu à Montpellier le 13 septembre 2014.

Participants : V. Barras (Institut d’Histoire de la médecine, Lausanne) ; H. Berlan (Université de Montpellier 3) ; I. von Bueltzingsloewen (Université de Lyon 2) ; A. Carol (Aix-Marseille Université) ; J. Chandelier ( Université de Paris VIII) ; O. Faure (Université de Lyon 3) ; L. Guignard (Université de Nancy) ; H. Guillemain (Université du Maine) ; N. Hanafi (Université d’Angers) ; R. Mandressi (Centre A. Koyré, Paris) ; L. Moulinier (Université de Lyon 2) ; M. Nicoud (Université d’Avignon) ; C. Orobitg (Aix-Marseille Université) ; I. Renaudet (Aix-Marseille Université) ; P. Rieder (Institut d’histoire de la médecine, Genève).

Elles ont pour vocation principale de mettre en chantier le Dictionnaire topographique et historique du corps humain, présenté et validé aux rencontres précédentes du Mans.

Colloque : Ventre et viscères au XVIIIe siècle – 21-22 mars 2014

Le colloque international et interdisciplinaire « Gall and Guts: Entrails and digestion in the Long 18th Century / Ventre et Viscères: esthétique et symbolique des entrailles au XVIIIe siècle (France et Grande-Bretagne) » aura lieu à l’Université Paris-Diderot (Amphi Buffon) les 21et 22 mars 2014
Les historiens, littéraires et historiens de l’art y explorent la permanence du paradigme de la digestion, de l’estomac et des entrailles, dont les représentations sont souvent un contrepoint à la politesse et au lien social, dans un époque souvent associée de manière restrictive aux nerfs et au cerveau.
 
Entrée libre
Organisation :
Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8 ) et Sophie Vasset (Université Paris-Diderot)
 
Programme :