Archives de catégorie : Actualités / News

L’histoire de la médecine face au coronavirus : l’analyse d’Olivier Faure

Olivier Faure livre dans le Figaro une analyse de l’épidémie actuelle du point de vue d’un historien de la médecine :

«Non, la France ne traverse pas la plus grande crise sanitaire de son histoire»

Par Olivier Faure
Publié le 8 avril 2020 à 12:31, mis à jour le 9 avril 2020 à 22:16 : 

 

FIGAROVOX/TRIBUNE – Il est nécessaire de s’appuyer sur l’histoire pour prendre du recul sur la période que nous vivons, considère l’historien Olivier Faure. Plutôt que de céder à la panique, il faut selon lui demeurer vigilants, notamment dans la défense de nos libertés, et se souvenir que les grandes épidémies n’ont pas toujours eu les conséquences attendues.

 

L’historien et le citoyen ne font qu’un et, comme le disait Lucien Febvre, ils doivent participer à la manœuvre avec leurs compétences. Si le citoyen doit être ému par ce qui nous arrive, l’historien doit être rigoureux. Il est d’abord là pour comparer avec le passé. Si cela peut paraître indécent il faut bien, pour le faire, utiliser des chiffres, aussi froids et inhumains fussent-ils. À ce jour le coronavirus a fait plus de 10.000 morts en France. C’est évidemment 10.000 de trop mais il faut savoir qu’ils représentent moins de 2 % des 580.000 décès annuels. Même en Italie où la maladie est la plus grave, le taux de létalité (nombre de décès sur nombre de cas) est de 10 %, bien loin des épidémies anciennes.

Pour poursuivre cette macabre comparaison chiffrée dans le temps, il faut se souvenir que la canicule de 2003 fit 15.000 victimes. Si l’on remonte dans le temps les comparaisons sont encore plus éclairantes. Il faut se souvenir que dans les années 1880 la tuberculose tuait chaque année environ 100 000 personnes dans une France de moins de 40 millions d’habitants et que le choléra tua deux fois en une seule année (1832 et 1854) plus de 200.000 des 30 millions de Français de l’époque. Je n’ose même pas faire référence à la peste qui faucha peut-être le tiers de la population européenne au milieu du XIVe siècle et sévit régulièrement jusqu’en 1720, année où elle tua 100.000 Provençaux, soit le quart de la population locale. Si la peste fut en partie (en partie seulement) responsable de la stagnation de la population et des économies européennes de l’Ancien Régime, ni le choléra, ni la tuberculose n’empêchèrent en rien les gigantesques mutations économiques et sociales que connut notre pays au XIXe siècle.

C’était méconnaître l’histoire que de penser que nous avions fini avec les épidémies.

Rien ne permet donc de dire, comme les 59 réanimateurs, qui sont des professionnels compétents et dévoués auxquels il faut rendre hommage, «qu’avec l’épidémie due au SARS-COV2 la France traverse aujourd’hui la plus grande crise sanitaire de son histoire» (Le Monde du 28 mars 2020) sauf à faire commencer l’histoire en 1960. Qu’ils l’aient dit par totale ignorance de l’histoire de la médecine, ou consciemment pour mobiliser les gens, l’initiative est critiquable: dramatiser risque de semer la peur et celle-ci est mauvaise conseillère. Dans ce domaine comme dans les autres, il faut se souvenir de ce que disait F. D. Roosevelt dans sa campagne de 1932: «S’il y a une chose dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle-même.» C’était aussi méconnaître l’histoire que de penser que nous avions fini avec les épidémies. Comme les précédentes, l’extension des relations commerciales et humaines explique la diffusion du virus: le bacille de la peste était arrivé en Occident grâce à la légère augmentation du commerce entre les échelles du Levant et les ports italiens: fin XVe début XVIe siècle, la syphilis se diffusa à la fois par la découverte de l’Amérique et les guerres d’Italie ; au début du XIXe siècle, le vibrio cholerae quitta sa niche écologique indienne pour s’introduire en Europe par la conquête anglaise et la mise en place du circuit du coton, produit en Inde, transformé au Royaume-Uni et revendu partiellement sous forme de tissus aux Indes.

Interdit par tant d’ignorance et d’imprévoyance, l’historien s’abstiendra, dans les circonstances dramatiques actuelles, d’ironiser sur notre médecine ultra performante et technicienne et nos gouvernants chantres de l’ouverture au vaste monde d’être réduits à puiser dans tout l’arsenal traditionnel des mesures de protection issues de la peste (confinement, fermeture des frontières) ou de la tuberculose (isolement, mesures d’hygiène simples où éternuer dans son coude rappelle l’obligation faite aux tuberculeux d’expectorer dans des crachoirs). Moins encore aujourd’hui qu’hier, le confinement parfait n’existe. Depuis la mi-mars, le nombre de cas repérés a continué à s’accroître jusqu’à ces derniers jours mais il est vrai que les tests se sont multipliés. Le confinement a sans doute ralenti l’épidémie, toutefois son but essentiel n’était pas là mais dans la volonté d’étaler et de lisser le nombre de cas graves reçus dans les hôpitaux pour éviter une explosion du système et des journées épouvantablement meurtrières. Il y a en grande partie réussi, mais en mettant à jour les insuffisances d’un système hospitalier rendu exsangue par des réductions budgétaires constantes et une médecine préventive (dépistage, éducation sanitaire) historiquement faible dans notre pays où la rétribution à l’acte, l’avance des frais et le ticket modérateur privilégient forcément la multiplication des actes au détriment du suivi.

Nous vivons dans un système dérégulé qui permet justement cette disproportion entre les causes et les conséquences.

Sans remettre en cause le principe du confinement, rien n’interdit cependant de s’interroger sur ses conséquences possibles actuelles et futures. Faute de compétences, je passe rapidement sur les conséquences économiques. Les économistes se trompant régulièrement et prédisant une crise de 1929 tous les dix ans peinent à convaincre. Dans l’absolu deux mois de paralysie de l’activité économique ne devraient pas conduire le monde à une crise durable et profonde. Hélas nous ne vivons pas dans l’absolu mais dans un système dérégulé qui permet justement cette disproportion entre les causes et les conséquences. Si crise durable il y a, elle ne sera pas la conséquence mécanique du confinement mais bien le révélateur des limites et des folies d’un système économique dérégulé, mondialisé, où le seul dogme qui règne (mauvais comme tous les dogmes) est, au moins en Europe l’équilibre budgétaire. Aux optimistes qui nous prédisent la fin du néolibéralisme sous les coups du coronavirus on peut opposer, non pas de simples prédictions contraires mais simplement la force de la logique libérale et la puissance de ceux qui la soutiennent.

Je serai plus disert sur les conséquences politiques et sociales du confinement. Michel Foucault aurait-il eu raison? Nos sociétés démocratiques et libérales nourriraient-elles le secret désir de contrôler, de surveiller leurs populations d’une manière absolue? Comme je fus l’un des premiers historiens à montrer les limites de l’efficacité sociale des analyses du célèbre philosophe, je ne peux pas passer pour foucaldien. Et pourtant. Il a fallu cette seule épidémie, dont je viens de relativiser l’ampleur, pour qu’en quelques jours, la population soit confinée, le gouvernement doté de pouvoirs absolus et sans contrôle, le Conseil d’État et le Conseil constitutionnel étant devenus, comme l’Assemblée nationale, des chambres d’enregistrement tétanisées par l’urgence. Certes, le confinement doit sauver des vies, argument aujourd’hui imparable tant nous sommes, depuis longtemps, non plus à l’époque du «bio-pouvoir» décrit et dénoncé par Foucault, mais l’âge de la «biolégitimité» définie par Didier Fassin. Dans le premier cadre, la biopolitique vise à contrôler les populations pour qu’elles fournissent un grand nombre de soldats, d’ouvriers, de paysans sans cesse plus nombreux et plus efficaces parce qu’en bonne santé. Dans la biolégitimité, il faut protéger la vie à tout prix, sans calcul «sordide». Personne ne peut être contre et c’est blasphémer que de signaler qu’il s’agit de sauver la vie biologique, ce que le philosophe Giorgio Agamben (Le Monde du 28 mars 2020) appelle la vie «nue», parfois défendue au prix du sacrifice des autres attributions de la vie (la liberté, la sociabilité).

 
Cette crise révèle une fois de plus la collusion de l’hygiène et de la morale

C’est donc pour sauver la vie biologique que nous voilà contraints de nous déplacer avec des laissez-passer que, Dieu merci, nous rédigeons encore nous-mêmes. Par chance aussi, au moins dans les campagnes, la Gendarmerie adopte en la matière sa doctrine qui consiste, sauf pour les infractions routières, à arbitrer plutôt qu’à sanctionner, à gérer les illégalités plutôt qu’à les combattre (Michel Foucault) même si l’on constate quelques dérives arbitraires comme celle de juger ce qui est de première nécessité ou pas, d’introduire des limites de distance que le décret ne prévoit pas. Derrière cela se révèle une fois de plus la collusion de l’hygiène et de la morale. En ces temps difficiles où la liberté est restreinte, il serait aussi interdit de se faire plaisir parce que d’autres souffriraient – comme si cela changeait quelque chose. Dans cet éloge du masochisme chrétien viennent se loger les stigmatisations plus morales qu’hygiéniques, des cyclistes, joggeurs et marcheurs impénitents, qui seraient des irresponsables postillonnant le virus et étendant l’épidémie même s’ils mènent leur activité seuls dans les bois ou les rues désertes. Certes, ils ne sont pas encore les boucs émissaires classiques des temps d’épidémies, comme le furent les juifs lors des pestes mais la logique est la même.

Fort heureusement peu de gens reprennent cette antienne et globalement ce qui me frappe, aussi bien en ville (Lyon) qu’à la campagne (confins de la Loire, du Rhône et de la Saône et Loire), c’est le respect des consignes, la rareté des protestations. Bref, on devrait se réjouir du civisme de ces Français si souvent vilipendés pour leur indiscipline soi-disant atavique. Le gouvernement ferait bien – mais en est-il capable? – de féliciter les citoyens pour leurs sacrifices, de faire preuve de compassion pour les plus fragiles, par l’âge ou le psychisme, de promettre des récompenses plutôt que de revenir sur le Code du travail. Sur le terrain, heureusement certains politiques – sans doute de tout bord – prennent des nouvelles de leurs électeurs ou mandants. Plutôt que de suspecter des arrière-pensées politiques, on peut y voir le signe de leur profonde humanité. Malgré ses errements de départ (les élections le dimanche, le confinement le mardi), le gouvernement multiplie les contradictions et les provocations. Au tout début du confinement (18 mars) le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a déclaré que les personnes qui travaillent «en extérieur – chantiers du bâtiment et travaux publics notamment – doivent poursuivre leurs activités.» Le lendemain, sa collègue du Travail, Muriel Pénicaud, qui a fait voter de lourdes mesures de dérogation au Code du Travail (la loi des 60 heures) et a refusé d’en fixer le terme, a dénoncé le lendemain le syndicat des artisans du bâtiment en ces termes: «Quand un syndicat patronal dit aux entreprises: arrêtez d’aller bosser, arrêtez vos chantiers, ça c’est de la désertion.»

Nos dirigeants s’inscrivent dans la vieille tradition française de considérer le peuple comme un mineur irresponsable.

On nous l’avait dit, nous sommes en guerre et pour la gagner, il faut un seul chef à qui on obéit aveuglément et il faut aussi combattre les ennemis de l’extérieur et à cet égard tous les Français sont par définition suspects. Nos dirigeants actuels reprennent en la radicalisant la vieille tradition française dans laquelle le pouvoir central considère le peuple, au mieux comme un mineur irresponsable, au pire comme un ennemi. Lorsque le 6 avril, le ministre italien de la Santé disait aux Italiens qu’il fallait maintenir le confinement «pour ne pas gâcher les sacrifices consentis», son collègue français de l’Intérieur, dont les pouvoirs ont singulièrement crû depuis le 16 mars, affirmait martialement qu’il fallait «combattre le relâchement», comme si celui-ci existait vraiment, comme si ces mauvais citoyens ne pouvaient que se laisser aller à de mauvais penchants. Désertion, relâchement, ces termes ont décidément de fâcheux échos.

 

Bref, quoiqu’en disent les prophètes du bonheur, qui restent dans la prédiction sans fondement, tous les indices concrets concordent pour laisser penser que le gouvernement ne changera pas sa façon d’être autoritaire, bien au contraire, et que, comme les dispositions de l’état d’urgence post-attentats, une partie des actuelles mesures d’exception passeront dans le droit commun, puisqu’il y aura forcément d’autres épidémies, ce qui légitimera fortement la translation. Le pire serait pourtant que la vertu actuelle des citoyens se transforme en vice, celui de s’accoutumer à un état d’urgence permanent et à une obéissance aveugle à un gouvernement implacablement bienveillant qui nous délivrerait de nos préoccupations politiques et nous permettraient de nous livrer en toute tranquillité à nos affaires privées. Ce danger qu’avait déjà aperçu Tocqueville dans la jeune démocratie américaine est plus que jamais menaçant.

Les mêmes nous prédisent qu’après la crise il y aura, sinon des Années folles comme après la Première guerre mondiale (pour qui le furent-elles? les veuves de guerre? les mutilés?), au moins des mois fous durant lesquels éclatera une bouffée de sociabilité fraternelle (un printemps 1848 en été) amenant une transformation positive et durable du fonctionnement de notre société. Sans jouer les Cassandre ou rappeler ce qui suivit le printemps des peuples (juin 1848, l’Empire), on doit envisager les tendances de fond dans lesquelles s’enracine l’épisode actuel qui les accentue.

Ne prenons pas l’habitude de nous retrouver dans une société d’isolés.

Il y a un regain d’appels téléphoniques ces temps-ci, beaucoup accentuant leur recours aux SMS et MMS pour communiquer avec les autres. Certes c’est très utile et les images humoristiques qui circulent sur le coronavirus sont souvent désopilantes. Certes, les apéritifs sur Skype sont sympathiques, les consultations médicales en visio conférences pratiques. Certains découvrent les avantages du télétravail qui existent bel et bien. Il ne faudrait cependant peut-être pas que nous y prenions trop goût au point d’en faire des habitudes et de nous retrouver dans une société d’isolés dans laquelle les contacts réels, les poignées de mains et les embrassades seraient réduits à la portion congrue. Or, plus la parenthèse dure, plus elle laissera des traces, pas forcément positives.

Là s’arrête la tâche de l’historien qui ne donne pas de leçons et ne prédit pas l’avenir mais se limite à mettre en garde. C’est ensuite aux citoyens et aux politiques de s’emparer de ces réflexions et d’en faire ce qu’ils veulent mais en toute connaissance du passé.

Parution : L’Electricité médicale dans la France des Lumières, par François Zanetti

François Zanetti s’intéresse ici à une pratique médicale peu explorée par les historiens: l’utilisation de l’électricité. Analysant de nombreux témoignages de médecins et de patients, François Zanetti montre comment l’électricité acquiert peu à peu sa légitimité, pour aboutir aux trois procédés devenus canoniques à la fin des années 1770 – le bain électrique, l’électrisation par étincelles et la commotion. Il souligne que l’électricité médicale, qui marque l’entrée des machines dans l’espace thérapeutique, réconcilie les philosophies naturelle et morale. Au temps de la sensibilité et des philanthropes, elle devient un traitement réservé aux pauvres. Elle témoigne aussi de l’autonomie des patients dans l’interprétation de leurs maux et dans la construction de leur itinéraire thérapeutique, entre médecine officielle et praticiens irréguliers.
Préface, Monique Cottret
Introduction
1. Echecs fondateurs
2. Le corps sous influence
3. La Société royale de médecine et la médicalisation de l’électricité
4. Fabriquer un nouveau médicament
5. Lutter contre la dégénérescence
6. Les coulisses de la philanthropie
7. L’expérience du traitement
8. Au fil des récits
9. Grandeur et décadence d’un charlatan électrique
10. Evocations révolutionnaires
Conclusion
Bibliographie
Index
ISBN 978-0-7294-1197-4, 284 pages, 6 ills
blog: Un voyage fantastique dans les archives de la Société Royale de Médecine

Parution : Aux marges de la médecine. Santé et souci de soi, France XIXe siècle par Olivier Faure

Vient de paraître aux PUP, collection Corps et âmes :
Olivier FAURE
Aux marges de la médecine. 
Santé et souci de soi
France XIXe siècleaux_marges_de_la_medecine

Parmi les nombreux écrits consacrés depuis près de quarante ans à l’étude des relations entre les populations, la santé, la médecine et les médecins dans la France du XIXe siècle, on a choisi ici délibérément de ne retenir qu’une partie de ceux qui traitent des marges du système sanitaire.

On y trouvera donc peu de choses sur les médecins, sauf s’ils sont hétérodoxes, ni sur l’accès aux soins médicaux, mais d’abord des articles consacrés aux sages-femmes, aux religieuses soignantes, aux officiers de santé et aux pharmaciens. D’autres traitent des comportements sanitaires populaires peu conformes aux injonctions médicales, comme l’usage du médicament ou celui des eaux minérales. Quelques uns présentent la face cachée de l’histoire hospitalière avec ses petits établissements et ses pensionnaires plus pauvres que malades. Une dernière série souligne le rôle des patients dans les médecines marginales comme l’homéopathie et quelques autres.

Au-delà de la diversité des thèmes abordés, ce recueil ne se contente pas de réévaluer le rôle de certains acteurs méconnus mais il tente de démontrer que nos actuelles attitudes face à la maladie et à la santé, ne sont pas seulement le fruit d’une médicalisation imposée du haut mais aussi le reflet des aspirations populaires. Enfin, il laisse entrevoir ce qu’aurait pu être un système de santé dans lequel les patients et les professions intermédiaires auraient eu toute leur place aux côtés des médecins.

Parution : L’embaumement, une passion romantique France XIXe siècle

Vient de paraître chez Champ Vallon :
Anne Carol, L’embaumement : une passion romantique France, XIXe siècle

Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’embaumement des cadavres était réservé à une élite du sang et de la fortune soucieuse d’échapper à la dissolution ordinaire. Aujourd’hui en France, plus de la moitié des corps reçoit des soins de thanatopraxie dispensés par des professionnels afin de retarder la décomposition et d’organiser sereinement les funérailles.
couvertureEntre ces deux régimes de conservation, le XIXe siècle offre une parenthèse singulière. C’est dans sa première moitié que naît et s’affirme l’embaumement romantique : un désir éperdu  de préserver des corps éternellement intacts, revendiqué comme un aspect légitime du culte des morts et inséparable de l’apparition du cimetière moderne et de ses concessions perpétuelles.  L’embaumement connaît alors une vogue aussi extraordinaire que brève et amorce une diffusion dans la bourgeoisie urbaine. Mais cet engouement suscite aussi une concurrence féroce entre médecins et non-médecins qui se disputent le marché dans une guerre à la fois technique, commerciale, socioprofessionnelle et déontologique.
C’est l’histoire de cette passion, de sa naissance, de son épanouissement et de son désenchantement que ce livre entend restituer en la replaçant dans l’histoire plus large des sensibilités collectives face à la mort et au cadavre.

 

JE : « De la santé à l’environnement, savoirs urbains en perspective (XVIIIe-XXIe siècles) », Lyon, 6 mars 2015

Journée orgnanisée par Stéphane FRIOUX (université Lyon 2, LARHRA) à l’ISH, Lyon,  salle Elise Rivet

 

9h30-12h30 : Médecins et professions de santé en ville et face à la ville au XVIIIe siècle

Présidence de séance : Natacha Coquery (université Lyon 2, LARHRA, IUF)

François Zanetti (université Paris Ouest-Nanterre, CHiSCO), « Construction urbaine des savoirs médicaux: expérimentation et parcours thérapeutiques »

Emilie-Anne Pépy (université de Savoie, LLS), « Esculape au jardin. Le jardin botanique urbain au XVIIIe s., lieu de savoir et de formation des professions de santé »

Clarisse Coulomb (université Pierre-Mendès-France, LARHRA), « Les médecins et l’écriture de l’histoire des villes, XVIIe-XVIIIe siècles »

 

14h-17h : Faire face aux fléaux et aux risques chroniques

Présidence de séance : Olivier Faure (université Lyon 3, LARHRA)

Patrick Fournier (université Blaise Pascal, CHEC), « Réseaux de savoir(s) et de pouvoir(s) en France à l’occasion de la peste de Marseille (1720-1723) ».

Stéphane Frioux (université Lyon 2, LARHRA), « Une histoire qui ne manque pas d’air. Mesurer et prévenir la pollution atmosphérique en France (années 1900-années 1970) ».

Florence Pradier (Service Santé/Environnement ville de Lyon), Le point de vue de l’acteur de terrain.

Site de la journée

Séminaire EHESS CAK Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps 2014-2015

Le séminaire d’Histoire de la médecine et des savoirs sur le corps (Centre Alexandre Koyré, EHESS), animé par Rafael Mandressi et Anne Carol débutera le 25 novembre 2014.

Il aura lieu tous les 2e et 4e mardis de chaque mois.

Voir le programme : séminaire Histoire de la médecine Centre Koyré 14-15

La médecine au Moyen Age : parutions récentes (L. Moulinier, M. Nicoud)

L. Moulinier, “Deux ou trois choses que l’on sait d’elle : la faculté de médecine parisienne et ses débuts”, dans Les débuts de l’enseignement universitaire à Paris (1200-1245 environ), éd. Olga Weijers et Jacques Verger, Turnhout, Brepols, 2013, p. 387-398 (coll. Studia Artistarum, 38).
L. Moulinier, M. Nicoud, “Fama ou légende? De la vie de quelques médecins italiens d’après les témoignages médiévaux », dans The Medieval Legends of Philosophers and Scholars, Micrologus, Nature, Sciences and Medieval Societies, XXI (2013), p. 445-470.
L. Moulinier,  « Roi garant ou roi guérisseur ? Philippe le Bel et le corps, d’après le réceptaire mis sous son nom », dans E. Andretta, M. Nicoud dir., Etre médecin de cour (France, Italie, Espagne, XIIIe-XVIIIe siècle), Florence, SISMEL-Edizioni del Galluzzo, 2013, p. 131-148.
L. Moulinier,”L’allure du médecin au Moyen Age”, PRIS-MA, Recherches sur la littérature d’imagination au Moyen Age, tome XXVIII, 1 et 2, n° 55-56, janvier-décembre 2012, Allures Médiévales II. Essais sur la marche et la démarche, p. 75-91.
C. Lanoé,L. Moulinier (dir.), Corps parés, corps parfumés, Artefact, n° 1, 2013.

Colloque : Ventre et viscères au XVIIIe siècle – 21-22 mars 2014

Le colloque international et interdisciplinaire « Gall and Guts: Entrails and digestion in the Long 18th Century / Ventre et Viscères: esthétique et symbolique des entrailles au XVIIIe siècle (France et Grande-Bretagne) » aura lieu à l’Université Paris-Diderot (Amphi Buffon) les 21et 22 mars 2014
Les historiens, littéraires et historiens de l’art y explorent la permanence du paradigme de la digestion, de l’estomac et des entrailles, dont les représentations sont souvent un contrepoint à la politesse et au lien social, dans un époque souvent associée de manière restrictive aux nerfs et au cerveau.
 
Entrée libre
Organisation :
Sylvie Kleiman-Lafon (Université Paris 8 ) et Sophie Vasset (Université Paris-Diderot)
 
Programme :

 

Parution : Médecine et religion : compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles)

Une parution de Marilyn Nicoud :

En collaboration avec L. Berlivet, S. Cabibbo, M.P. Donato et R. Michetti, Médecine et religion : compétitions, collaborations, conflits (XIIe-XXe siècles), Rome, Ecole française de Rome, 2013CEF476_jpg_1010866962 5

Le RHUM à Aix-en-Provence les 21 et 22 juin 2013

La prochaine session de travail du RHUM aura lieu les 21 et 22 juin 2013 à la MMSH à Aix-en-Provence.
Le thème de travail choisi est : Le geste médical. programme détaillé
Vincent Barras : Le toucher chez Galien
Bruno Bertherat : Sa main sur son corps. Les gestes du médecin légiste sur le cadavre (France, XIXe siècle)
Evelyne Samama : Les pratiques de l’hémostasie des médecins grecs de l’Antiquité
Christine Orobitg : La saignée : controverses autour d’un geste médical en Espagne (ca 1670)
Laurence Guignard : Les gestes ou la parole : prévention du suicide dans les prisons de la IIIe République (histoire de la médecine par en bas)
Aude Fauvel : La Pinomanie. Formes et justifications théoriques des palpations génitales en milieu ‘psy’
Hervé Guillemain : Le geste du schizophrène et le geste du psychiatre à travers les dossiers de patients (XXe siècle)

Table ronde

 

Les genres et les livres médicaux, Avignon 11 et 12 avril 2013

Jeudi 11 avril 2013
Salle du Conseil de la Bibliothèque Universitaire – Bâtiment Sud
14h30 Accueil des participants
14h45 Introduction – Laurence Moulinier-Brogi (Université Lyon 2-UMR 5648) et
Marilyn Nicoud (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, UMR 5648)
15h15 Auteur et genre – Danielle Jacquart (EPHE, SAPRAT)
16h00 « Tabula tantum » : The Story of a Genre that Failed
Michael McVaugh (University of North Carolina, Chapell Hill)
16h45 Pause
17h00 Discussion
18h00 Visite des manuscrits médicaux à la Bibliothèque Municipale d’Avignon
Sous la responsabilité de la conservatrice, Madame Karine Klein

Vendredi 12 avril 2013
Salle du Conseil de la Bibliothèque universitaire – Bâtiment Sud
9h30 Traductions et commentaires médicaux entre Antiquité tardive et
Moyen Age : point de rencontre de deux genres
Nicoletta Palmieri (Université de Reims, CRIMEL)
10h15 « Lectiones, recollectiones, expositiones » : comparaison de différents
commentaires sur un même passage du Canon d’Avicenne
Joël Chandelier (Université Paris 8, EA 1571)
11h00 Pause
11h30 Zibaldoni e medicina : tre casi nel ‘400
Chiara Crisciani (Università degli studi di Pavia)
12h15 Repas
14h00 Existe-t-il un genre traité des « poisons » dans la culture savante des
XIIIe-XVe siècles ?
Franck Collard (Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense-CHSCO)
14h45 Genre littéraire, genre éditorial, genre épistémique : quels concepts pour
l’histoire de la production médicale imprimée à l’époque moderne ?
Joël Coste (EPHE, SAPRAT)
15h30 Pause
16h00 Table ronde
Animée par Hélène Basso (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse – UMR 5648),
Géraldine Cazals (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse – LBNC),
Aurélien Robert (CNRS, UMR 7323)